trek en autonomie couv

Matériel de trekking en autonomie : 9 indispensables

Randonner plusieurs jours offre la possibilité de s’immerger profondément en pleine nature, d’avoir un contact et une perception de l’environnement très différents par rapport à une randonnée à la journée. Le trekking, c’est aussi se retrouver face à soi-même et relever des défis uniques !

Vous pouvez faire un trek en dormant en refuges, en gîtes, en auberges, en lodges ou en vous abritant par vos propres moyens. Le matériel nécessaire selon que vous faites un trek en refuges ou en autonomie n’est pas le même. Hébergement, nourriture, habits … les besoins et la façon de les satisfaire n’est pas la même.

Nous vous proposons donc une liste de 9 choses indispensables pour un trek en autonomie. Une liste très utile si vous êtes habitués à faire des séjours en refuges et que vous envisagez de réaliser un trek en autonomie 🙂

 

Une tente de bivouac

 

tente bivouac trek

Bivouac sur la Haute Route autour du Mont Blanc

 

Lors d’un trek en refuge, vous n‘avez pas à vous occuper de votre hébergement dès que vous l’avez réservé. En autonomie, vous vous abritez vous-même.

Pour bivouaquer, il vous faut une tente adaptée. Bien qu’il soit possible de dormir à la belle étoile à basse altitude et par beau temps, il est impératif d’avoir un abri dès que l’on monte un petit peu et que la météo n’est pas certaine.

Choisissez une tente légère, robuste et assez grande. Les adeptes de la randonné ultra-légère apprécieront de choisir un tarp. Oubliez les tentes de camping : elles sont souvent trop lourdes et ne sont pas pensées pour subir de fortes intempéries (pluie, vent, etc).

 

Un sac de couchage

 

sac de couchage trek autonomie

 

Si les randonneurs les plus rudes et les plus roots peuvent contester le fait qu’une tente soit nécessaire, ils ne nieront pas qu’un sac de couchage est impératif pour un trek en autonomie.

Lorsque l’on dort, la température du corps, totalement immobile, baisse. Il est donc impératif de la conserver ! Pour cela, choisissez un sac de couchage suffisamment chaud pour l’itinéraire que vous allez réaliser (altitude, climat, saison …). Il est toujours préférable qu’il soit léger mais cela dépend grandement de votre budget.

Pour une conservation optimale de la chaleur, choisissez un sac de couchage en forme de sarcophage.

 

Un réchaud et une popotte

 

réchaud randonnée et trek

Le réchaud PowerPocket de MSR

 

En autonomie, vous devez vous charger de votre hébergement mais aussi de votre alimentation matin, midi et soir. Même s’il est tout à fait possible de ne manger que des aliments qui ne nécessitent pas d’être réchauffés (barres protéinées, céréales … quelques recherches sur Internet vous permettront de découvrir ce mode d’alimentation), nous vous recommandons chaudement d’emporter un réchaud et une popotte lors d’un trek en autonomie.

Cela offre la possibilité de transporter des aliments secs (pâtes, riz, semoule …) plus légers. Il permet aussi de manger chaud, ce qui peut constituer un réconfort non négligeable ! Cela comporte également des bienfaits qui ne sont pas uniquement psychologiques.

Boire une simple soupe déshydratée le soir permet de réhydrater un corps qui a transpiré, de le réchauffer et de lui apporter des sels minéraux qu’il a éliminé durant la journée.

 

Des vêtements adaptés

 

 

3 couches vetements randonnée et trek

Le principe des trois couches. Source : I-trekkings.net

 

Lors d’un trek en autonomie, comme durant un trek en refuges, il est nécessaire d’emporter des vêtements adaptés aux différentes conditions climatiques possibles. Tee-shirt, pantalon, veste coupe-vent, polaire, doudoune … renseignez-vous bien sur l’itinéraire pour connaître ces conditions.

En ce qui concerne les vêtements, privilégiez la qualité et la polyvalence à la quantité qui alourdirait vite votre sac. Une veste en soft-shell doublée, par exemple, peut servir à la fois de seconde couche, de coupe-vent s’il fait frais et de moyen de se réchauffer le soir venu.

 

Une carte et une boussole

 

carte top 25 montagne randonnée orientation

 

Lors d’un trek en autonomie, oubliez le GPS et le smartphone pour vous orienter. Vous ne savez pas quand vous pourriez les recharger et vous n’êtes pas à l’abri de les casser. Il faut donc évoluer grâce à une carte et une boussole … et savoir s’en servir !

 

Un couteau multi-fonctions

 

couteau suisse trek et randonnée

 

On dit parfois que le sac du randonneur est rempli de ses peurs. Lors d’un premier trek, on a tendance à remplis son sac de «au cas où» ! Ce qui vous permettra réellement d’éviter les risques et d’y répondre efficacement s’ils se présentent, ce sont votre expérience, votre connaissance de vous-même et du terrain. En cas de pépin, on peut souvent trouver une solution avec peu.

Un petit couteau suisse peut suffire pour régler de nombreuses situations, pour soigner, ouvrir, réparer, tenir, ôter … un outil aussi petit que pratique !

 

Une trousse de secours adapté à votre trek

 

trousse de secours randonnée

 

Lors d’un trek en autonomie, vous pouvez ne croiser personne pendant plusieurs jours. Si vous vous blessez ou que vous êtes malade, vous devez pouvoir vous soigner. Dans ce cas, il faut que vous ayiez ce qu’il faut dans une trousse de secours.

Que mettre dedans ? Ce qui est nécessaire, ni plus ni moins. Cela change en fonction de vos besoins et de l’endroit où vous vous rendez. Il existe des trousses de secours toutes faites en magasins et des listes sur Internet mais le mieux reste de consulter l’expérience d’autres trekkeurs et de demander à votre médecin.

.

Un moyen de conserver de l’eau (et de la purifier)

 

purifier eau randonnée

 

La gestion de l’eau est un grand enjeu lors d’un trek en autonomie. Alors que lorsqu’on dort en refuges, on est certain d’accéder à un point d’eau au moins tous les soirs, ce n’est pas le cas en autonomie. De plus, vous en aurez besoin pour boire, mais aussi certainement pour faire à manger et vous laver.

Connaissez votre itinéraire pour savoir où vous pouvez trouver de l’eau et en stocker en conséquences. Pour cela, prenez des gourdes adaptées, en nombre et en volume.

Il est vivement recommandé d’avoir une plaquette de pastilles purificatrices dans votre sac à dos.

 

Un sac à dos adapté au trekking en autonomie

 

Matériel de randonnée le sac de randonnée

 

Pour transporter tout votre matériel, il vous faudra un sac de randonnée adapté. Le volume nécessaire n’est pas le même que lors d’un trek en refuges. Pour un trek en autonomie, un sac de 50 à 70 litres est conseillé.

Pensez aussi que tout votre matériel n’a pas à rentrer dans votre sac : il peut aussi y être attaché. Pour plus d’informations, lisez notre article pour choisir un sac de randonnée !

 

Le sens de l’organisation !

 

C’est le plus important. Lors d’un trek en autonomie, vous êtes livrés à vous-même et vous ne disposez que de ce qu’il y a sur votre dos. L’enjeu n’est donc pas de pouvoir gérer des situations de risques mais de les prévenir et de les éviter ! Lorsque l’humain se retrouve face à la nature, il gagne rarement. Il doit donc s’y adapter.

C’est en ayant toutes les informations, en organisant, en prévoyant, en planifiant que vous pourrez éviter les dangers. C’est d’ailleurs une des parties les plus importantes du travail du guide en montagne professionnel : faire en sorte d’éviter les pépins pour un séjour agréable. C’est ce que s’applique à faire Watse pour offrir des expériences uniques à ceux qui nous font confiance 🙂


 

Prêts à partir à l’aventure ? Si vous avez une question ou une remarque, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire !

 

Un article de Watse – agence de trekking