Les-vetements-en-montagne

Vêtements en montagne : maîtriser l’art de la superposition.

A ton avis je mets la polaire ou la veste ?
Chaque professionnel est forcément confronté à cette question très régulièrement.
Face à ces interrogations, vous pouvez faire comme le guide, ce qui est souvent un bon choix, quoique vous ne savez pas ce qu’il a mis sous le pantalon ou sous la veste. Ou alors vous pouvez essayer de comprendre comment fonctionnent les vêtements techniques actuels et ainsi être réactifs suivant les conditions souvent changeantes en montagne.
Peu importe la marque que vous choisissez, quoique il vaut mieux en choisir certaines plus que d’autres, vous retrouverez toujours un ordre logique de couches et de matières à utiliser face à la météo du moment.
Dans cet article, Watse va vous donner quelques indices sur l’art de maîtriser l’ordre des différentes couches de vêtements en fonction de la matière et du temps qu’il fait … 

Les techniques de base

La célèbre technique du “3 couches”

 

 

Depuis très longtemps, il a été démontré à raison que la meilleure technique vestimentaire en montagne était la technique dite des “3 couches”.

Vous superposez un t-shirt (manches longues ou courtes) en première couche, une micro polaire en deuxième couche puis une veste protectrice en troisième couche. En fonction de l’intensité de l’effort, de l’humidité et du temps qu’il fait, vous ajustez les deux couches supérieures afin d’être bien protégés et confortables. Cette méthode décrite partout comme sur Altiruderando est la base de la technique encore aujourd’hui. Le seul problème est que face aux multitudes de produits existants, il difficile de faire son choix. Les doudounes, softshell et autres vestes sans manches viennent troubler l’ordre du classique “3 couches”.

On va alors parler plus de technique de l’oignon.

 

La technique de l’oignon

 

 

Le principe de cette technique est le même que celui du “3 couches” mais en superposant plus de couches. Vous pouvez ainsi vous retrouver avec 4 ou 5 couches de vêtements correctement superposés. Puis en fonction de l’intensité de votre effort et des différents changements de météo, vous adaptez : on passe en forêt, hop on met une couche légère car il va faire plus frais. On arrive à un col, il y a du vent, hop on sort le coupe vent pour ne pas prendre froid. Je stoppe mon effort afin d’attendre mes camarades, hop, j’enfile une couche thermique afin de ne pas me refroidir, ….

Cette technique est parfaite et s’adapte à toutes les situations en montagne.

Maintenant que nous avons vu les techniques, il ne reste plus qu’à mettre les bonnes couches au bon endroit et au bon moment. Mais avec tous ces produits il est bien difficile de s’y retrouver. Alors découvrons les produits et leurs caractéristiques …

 

Les différentes couches

Première couche : la couche de base

 

 

Portée à même la peau, c’est la première couche. Elle va influencer directement les couches suivantes.

Dans cette gamme, nous retrouvons les manches courtes et les manches longues, à choisir suivant votre préférence. Les manches longues sont utiles en cas de fort ensoleillement ou lorsqu’il y a présence d’insectes.

Nous retrouvons des modèles légers à privilégier lorsqu’il fait chaud ou en cas d’effort intense. Ainsi que des modèles plus chaud lorsqu’il fait plus froid ou lorsque l’effort est moins soutenu.

Au niveau des matériaux, il est important de privilégier des vêtements qui évacuent bien l’humidité et qui durent plusieurs jours sans odeurs.

  • Globalement les matières synthétiques sont plus résistantes mais gardent souvent les mauvaises odeurs. Il est difficile de porter ces produits plusieurs jours de suite.
  • Les matières naturelles comportent elles beaucoup d’avantages : elle évacuent très bien l’humidité, garde au chaud même mouillées, peuvent être portées plusieurs jours de suite sans odeurs. Parmi ces produits nous pouvons citer les produits en laine Merinos ainsi que ceux en fibres naturelles.

Chez Watse nous aimons : les produits de Natural Peak qui rassemblent tous ces avantages.

 

Deuxième couche : la couche intermédiaire

 

 

En fonction du choix de votre première couche, vous décidez de quelle seconde couche vous allez porter. Cette dernière doit également être respirante et laisser passer l’humidité mais doit aussi être thermique. Nous prenons en exemple deux extrêmes : le temps est humide ou alors vous faites un effort très important et il y a beaucoup de vent. Dans ce cas ci, vous allez choisir une première couche légère et très respirante et mettre une deuxième couche coupe vent mais respirante. Au contraire, le temps est frais et sec et vous faites un effort modéré. Vous allez alors opter pour une première couche plus chaude et une deuxième couche thermique également avec des propriétés respirantes.

Dans cette gamme nous retrouvons différents modèles, manches courtes ou longues. Ceci va dépendre de la température habituelle de votre corps et de vos habitudes. Les modèles à manches longues sont plus polyvalents mais plus lourds.

Une multitude de matériaux existent pour cette couche fondamentale :

  • La polaire. Célèbre et historique, elle est très polyvalente, on en trouve des plus ou moins chaudes, mais reste très respirante et thermique. Ses qualités sont confort et chaleur. Elle sera néanmoins moins protectrice en cas de mauvais temps. Elle est également moins compacte que d’autres lorsqu’il faut la ranger.
  • La doudoune légère. Dans cette gamme on note les doudounes en plumes, plus chaudes et plus compacte à utiliser en climat sec et froid et les doudounes en synthétiques à utiliser en climat plus humide ou lors de gros efforts. Ces produits apportent un confort incomparable et un compactage très intéressant. Elles sont également très respirantes et gèrent bien l’humidité. Leur polyvalence liée à leur poids infime en font des références.
  • La veste hardfleece qui est une polaire plus résistante et plus moderne. Elle est plus robuste et résistera mieux en cas de mauvais temps. Elle a les mêmes caractéristiques thermiques et de poids que la polaire.

Chez Watse nous aimons : la doudoune synthétique et légère avec ou sans manche Nano-air de Patagonia. Une référence qui gère remarquablement l’humidité et la thermicité.

 

Troisième couche : l’isolation

 

 

Cette couche est bien souvent la couche extérieure lorsque le temps n’est pas trop mauvais. Vous la porterez lorsque qu’il fait froid ou que de fines gouttes ou flocons font leur apparition.

Pour cette couche nous aimons bien les produits avec capuches qui peuvent rapidement couvrir la tête et sont moins chauds qu’un bonnet.

Parmi les matières on retrouvera  :

  • Les doudounes synthétiques ou en duvet, plus chaudes que la seconde couche à prendre avec manches longues. L’humidité ambiante guidera votre choix entre le synthétique et le duvet mais globalement en milieu sec mieux vaut privilégier le duvet alors que le synthétique se comportera mieux en milieu plus humide.
  • Les vestes softshell. Elles offrent une protection remarquable et son respirantes. Elles sont robustes et coupent bien le vent mais seront moins thermique que les doudounes.

Chez Watse nous aimons : la doudoune Micro Puff de Patagonia,  légère comme une plume.

 

Quatrième couche : protection contre les éléments

 

 

La dernière couche lorsque le temps se gâte franchement. Ici pas de compromis il faut de l’efficacité !

Différentes épaisseurs existent suivant les conditions traversées. les plus épaisses sont bien adaptées aux rudes conditions de la haute montagne, les plus légères suffiront à plus basse altitude.

Au niveaux des matériaux, le choix n’est pas très varié, nous retrouvons :

  • Le célèbre GORE-TEX. Efficace et respirant c’est la référence en montagne. Chaque marque propose sa qualité mais globalement c’est le vêtement à avoir en fond de sac. Avec ses caractéristiques étanches et coupe vent ces vestes protègent les montagnards depuis de nombreuses années.
  • Les vestes en nylon, plus légères et certainement plus respirantes que le Goretex mais moins robustes et moins étanches. Vous avez du mal à comprendre comment l’eau peut passer dans un sens et pas dans l’autre ? Et bien nous aussi. Cette idée de respirabilité sur ces produits est donc bien relative. Malgré tout ces produits sont très adaptés lorsque les conditions ne sont pas trop dures et que l’utilisation est plus en coupe vent.

Chez Watse nous aimons la Calcite Jacket de Patagonia, légère imperméable, efficace.

 

Ultime couche de confort ou par temps extrême : la doudoune épaisse

 

 

Enfin en cas de températures très basses ou pour le soir au refuge ou au camp, le vêtement indispensable qui apportera confort et chaleur est la doudoune épaisse. Pour ce vêtement il faudra veiller au poids et au volume une fois compacté. Les modèles en duvet sont bien évidemment très conseillé car plus léger et plus chauds mais aussi parce vous ne faites plus d’effort et qu’il n’y a donc pas d’humidité à gérer.

Chez Watse nous aimons les produits Triple Zero qui apportent un confort et une protection ultime grâce au gonflant impressionnant des plumes finement sélectionnées.

 

Pour les jambes

 

Pour le bas, c’est bien plus simple et les produits sont bien moins variés.

Le respect des couches comme vu ci-dessus est important et la technique de l’oignon marche très bien également même si il est plus difficile de modifier les couches en court de route.

Une première couche thermique peut être portée sous le pantalon en cas de temps frais. Ce produit doit bien évacuer la transpiration. Les produits naturels sont une nouvelles fois très adaptés pour la régulation de l’humidité et la gestion des odeurs.

Chez Watse nous aimons les produits de Natural Peak.

En deuxième couche, il y a le pantalon. Ce dernier est bien évidemment porté seul dans la majorité des cas. Il en existe de toutes les formes et de plusieurs matériaux selon les goûts de chacun. Il est important qu’il soit confortable.

En troisième couche, un pantalon léger étanche de type GORE-TEX est idéal lorsque le temps se gâte ou lorsqu’il fait très froid.

La logique est donc identique pour les jambes que pour le haut du corps.

 


Pour le reste de votre équipement n’hésitez pas à consulter nos articles de blog sur le matériel de randonnée, bien choisir son sac de randonnée et le matériel de trekking en autonomie.

Nous espérons que cet article vous a été utile pour vos prochains séjours en montagne. Envie de tester ces techniques avec nous ? Rejoignez un de nos séjours.

Watse Trekking votre partenaire pour vos aventures en montagnes. Vous avez un projet ? Nous sommes spécialisés dans les séjours sur mesure alors contactez nous.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire