Préparer un trek au Népal : nos conseils

Dans cet article, nous vous proposons quelques conseils pour bien préparer un trek au Népal. Pour beaucoup de trekkeurs, en France et dans le monde entier (et peut-être même pour vous), le Népal est LA destination de rêve. Les plus hautes cimes du monde (parmi lesquelles on compte le légendaire Everest), les villages colorés, la faune, la flore et la diversité des cultures qui animent ce petit pays en font un paradis du trekking. On peut y réaliser des itinéraires de tous niveaux et offrant chacun une expérience différente.

Si vous envisagez de partir à l’aventure dans ce petit pays d’Asie, vous vous posez certainement des questions sur la préparation d’un trek au Népal. Les guides de Watse Trekking vous offrent ici leurs conseils pour vivre un séjour de rêve.

Bonne lecture !

 

Préparer un trek au Népal : le choix de l’itinéraire

 

Pour préparer un trek au Népal, il faut avant toute chose choisir l’itinéraire que vous réaliserez et les possibilités sont très nombreuses. Alors que le balcon de l’Annapurna et le Camp de Base de l’Everest sont les plus connus mais les treks au Népal sont foison et vous n’aurez pas de mal pour trouver un circuit qui vous convient … à condition de savoir comment chercher !

 

Quel niveau de difficulté ?

 

Au Népal, tout le monde peut faire un trek car les itinéraires de trekking sont très diversifiés et offrent un grand choix. Ainsi celles et ceux qui n’ont pas l’habitude de faire des randonnées sur plusieurs jours pourront réaliser un trek plutôt facile sans passage technique alors que les amoureux de trek sportif trouveront facilement leur bonheur.

Pour évaluer la difficulté d’un itinéraire de trek, plusieurs critères sont à prendre en compte dont notamment :

  • l’altitude : en haute altitude, l’oxygène est plus rare et tous les efforts physiques nécessitent plus d’énergie qu’en plaine.
  • le dénivelé : sur chaque journée et sur l’ensemble de votre séjour, il influencera fortement la difficulté de votre trek au Népal.
  • le temps de marche : randonner tous les jours met le corps à rude épreuve et selon la longueur des étapes, votre trek sera plus ou moins difficile.
  • La technicité : selon que les chemins soient “roulants” ou qu’il y ait des passages techniques (roches, glace, cordes …), votre trek au Népal sera plus ou moins ardu.

Pour plus d’informations, vous pouvez lire notre article : comment choisir un trek ?

 

Dans quelle région faire un trek au Népal ?

 

Pour préparer un trek au Népal qui vous offre tout ce que vous souhaitez découvrir, choisissez la bonne région. Le Népal est un petit pays qui présente pourtant une extraordinaire variété de paysages, de cultures et d’ambiances. Chacune d’entre elles a son histoire, ses coutumes et un intérêt particulier. Voici quelques recommandations offertes par nos guides :

 

Arpenter la région de l’Annapurna

 

Située au Nord du Népal, c’est une destination de trekking populaire. Son grand atout est qu’elle assez facile d’accès et qu’elle offre des itinéraires de niveaux facile à moyen avec des montées très progressives. Si vous redoutez le mal aigu des montagnes, vous trouverez votre bonheur dans la région de l’Annapurna puisqu’on monte très progressivement à des altitudes relativement basses (4000 m maximum sur beaucoup de treks) par rapport à d’autres régions népalaises.

Vous y apprécierez les nombreux villages colorées et les rizières ainsi que le confort des lodges et l’hospitalité des hôtes. Faire un trek dans la région de l’Annapurna vous offre notamment la chance de découvrir la culture Gurung et d’admirer des vues splendides sur le massif des Annapurnas, le Dhaulagiri et le Manaslu !

 

préparer un trek au népal - village de la région des annapurnas

Habitations et terrasses

 

Découvrir la diversité de la région du Langtang

 

Quand on veut préparer un trek au Népal, on entend forcément parler du Langtang. Proche de Kathmandou, c’est une région népalaise extrêmement diversifiée par sa culture et ses paysages. Elle offre la possibilité de faire des treks très variés passant par des villages tamangs, des forêts, des vallées verdoyantes, des hauts plateaux et des cols de haute montagne. Le tout avec certains des plus hauts sommets du monde en toile de fond !

Parmi les spots les plus époustouflants du Langtang, on peut noter les hauts plateaux et le lac Sacré de Gosaikunda. La faune et la flore que l’on peut observer au cours d’un trek au Langtang sont d’une très richesse qui émerveillera les amoureux de nature et vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un panda roux ou un léopard des neiges.

 

trek au langtang - léopard des neiges

Jeune léopard des neiges

 

Partir à l’aventure dans le Royaume du Mustang

 

Royaume interdit longtemps fermé au tourisme, le Mustang est une région atypique du Népal. Monde minéral aux mille couleurs, il offre une impression du bout du monde unique qui en fait un endroit idéal pour un trek au Népal hors des sentiers battus.

Animé par l’agriculture et l’élevage chevaux et de yaks, le Mustang permet de profiter de vues spectaculaire sur de nombreux sommets d’envergure tels que le Dhaulagiri, le Tukuche, le Nilgiri, le Tilicho ou le Thorong, pour n’en citer que quelques-uns. La cité fortifié de Lo Manthang, capitale du Royaume, vous émerveillera à coup sûr lors de votre trek au Mustang.

 

Préparer un trek au népal mustang

Ambiance du Mustang

 

Préparer un trek au Népal dans le pays de l’Everest

 

Située à l’est du pays, le Khumbu est une région de haute altitude habitée en majorité par les Sherpas et la culture bouddhiste tibétaine. C’est la région des hauts sommets et de montagnes mythiques dont l’Ama Dablam, le Lohtse et le mondialement connu Everest. Y faire un trek donne l’impression unique de se rendre sur le toit du monde et de pouvoir toucher les glaciers du bout des doigts !

Pour préparer un trek au Népal dans cette région, il faudra veiller à prendre le temps de s’acclimater car la majorité des itinéraires passent la plupart du temps aux environs des 4000 mètres d’altitude et certains passages sont au-dessus de 6000 mètres ! Namche Bazar, dernier centre commercial de la région avant les sommets et capitale des Sherpas sera un passage obligé.

Au Khumbu, vous pourrez faire l’emblématique trek des Lacs Gokyo et du Camp de Base de l’Everest. Ces lacs sacrés se situent à 4750 m d’altitude et le Camp de Base à 5364 m !

 

Préparer un trek au Népal dans la région de l'Everest Khumbu

Vue sur les Lacs Gokyo

 

Préparer un trek au Népal à la bonne saison

 

Lorsque vous préparez un trek au Népal, veillez à pouvoir partir à une période propice au trekking et à la randonnée. Alors que certaines périodes sont idéales, d’autres offrent des conditions cataclysmiques !

 

Quelle est la meilleure période pour faire un trek au Népal ?

 

Il y a deux périodes de l’année recommandées pour faire un trek au Népal :

  • Au printemps : de début mars à fin avril.
  • À l’automne : de début octobre à fin novembre.

Durant ces périodes, le ciel est dégagé et la pluie plutôt rare. Les journées sont ensoleillées mais les nuits restent fraîches. À l’automne, les cols et les passages situés en altitude sont plus accessibles car la neige, encore bien présente au printemps, a fondu et n’est pas encore retombée.

À l’automne, les sentiers sont moins fréquentés durant le mois de novembre mais les journées sont plus fraîches et plus courtes que durant le mois d’octobre.

 

Quelles périodes éviter ?

 

Deux périodes sont à éviter et nous vous déconseillons vivement de préparer un trek au Népal durant celles-ci :

  • Décembre et janvier : les températures sont glaciales, la neige est abondante et de nombreux lodges sont fermés.
  • De mai à septembre : c’est la période de la mousson et les pluies sont abondantes. Les risques de glissement de terrain peuvent être prononcés.

Il est à noter qu’il est possible de faire un trek au Mustang en juillet/août car, contrairement au reste du Népal, le temps y reste agréable à cette période de l’année.

 

Préparer un trek au Népal avec le bon équipement

 

Lorsque vous allez préparer un trek au Népal, la question de l’équipement de randonnée nécessaire va rapidement se poser. Qu’emporter pour réaliser un séjour de trek au Népal ? Quelles différences avec un trek dans les Alpes, par exemple ? Voici deux listes conseillés par nos guides de trekking.

 

Liste de matériel – exemple

 

  • 1 sac de transport imperméable de 80 litres pour deux (transfert de bagages)
  • 1 sac de randonnée de 30 litres (sac de la journée)
  • 1 drap de sac de couchage (sac de viande, pour les nuits en lodge)
  • 1 legging
  • 1 lampe frontale
  • Des bâtons de randonnée
  • 1 sac de couchage (température confort -10°C)
  • Traitements médicaux (si vous en avez un)
  • Papiers et argent
  • Papier hygiénique

 

Liste de vêtements – exemple

 

  • 1 t-shirt respirant
  • 1 sous-couche isolante
  • 1 polaire ou micro-polaire
  • 1 soft-shell doublé en polaire
  • 1 veste imperméable (type Gore-Tex)
  • 1 doudoune
  • 1 casquette
  • Des lunettes de soleil
  • 1 bonnet
  • Des chaussettes de randonnée
  • Des chaussures de randonnée tige haute
  • 1 pantalon de randonnée
  • 1 pantalon de rechange (pour les soirs)

 

 

Ces listes sont à titre indicatif. Lorsque vous préparez votre trek au Népal, adaptez-les en fonction de vos besoins, de vos habitudes, de l’itinéraire que vous allez réalisez et des consignes de votre guide.

 

matériel et vêtements trek népal

Être bien équipé est vital à haute altitude

 

Bien préparer un trek au Népal pour éviter le mal aigu des montagnes

 

Si vous ne connaissez pas le mal aigu des montagnes (MAM), vous avez de la chance et vous n’avez pas envie de découvrir ce que c’est !

Le MAM est un syndrome qui surgit en haute altitude lorsque l’on monte trop vite et que l’on ne s’est pas suffisamment acclimaté au manque d’oxygène. Ses symptômes peuvent être les suivants :

  • maux de tête
  • nausées
  • vomissements
  • vertiges
  • essoufflement

Il peut même aller jusqu’à causer la mort par un œdème pulmonaire. Il est donc à prendre très au sérieux.

Si vous souhaitez préparer un trek au Népal qui se déroule dans de bonnes conditions, un conseil précieux : planifiez du temps pour vous acclimater à l’altitude avant votre départ. Cela peut simplement signifier de rester en ville si votre point de départ est déjà situé en haute altitude. Namche Bazar, par exemple, se situe à 3440 m au-dessus du niveau de la mer.

Réalisez des randonnées à la journée de plus en plus dures avant votre trek afin de vous habituer au manque d’oxygène lorsque vous faites un effort physique. Une première randonnée d’acclimatation qui comprend une ou deux heures de montée seront déjà d’un grand bénéfice.

Ensuite, au cours de votre trek, montez plus lentement que d’habitude. Le rythme conseillé est de 400 à 500 m par jour. Si vous sentez des nausées et/ou des vertiges, n’hésitez pas à faire une pause et à redescendre un petit peu.

Afin d’éviter tout désagrément, Watse prévoit un caisson hyperbare qui permet de s’oxygéner à tout moment du trek. Le guide est en contact permanent avec l’Iffremont (Institut de Formation et de Recherche en Médecine Montagne) via un téléphone satellite.

 

caisson hyperbare mal des montagnes

Démonstration d’un caisson hyperbare

 

Faire appel à un agence ou un guide pour préparer votre trek au Népal

 

Les professionnels du trekking et du voyage en montagne peuvent vous aider de bien des façons pour préparer un trek au Népal et accompagner votre séjour. Devez-vous faire appel à une agence de trek pour organiser votre voyage ? Quelques éléments pour vous permettre d’y voir plus clair :

 

Faire un trek sans agence

 

La majorité des itinéraires de trek au Népal se déroulent dans des régions de haute montagne et en haute altitude (plus de 3000 m). Ce n’est donc pas exagéré de parler d’environnements dangereux, d’autant plus que les risques de glissements de terrain et d’avalanches sont réels et qu’un séisme de grande envergure a frappé le Langtang en 2015.

Les sentiers des itinéraires principaux sont bien balisés et les informations nécessaires pour préparer un trek au Népal sur l’un de ces circuits sont accessibles en ligne, dans les guides de voyage ou auprès de spécialistes. Vous pouvez donc envisager de partir à l’aventure sans agence pour profiter d’un grand sentiment de liberté mais nous vous le conseillons seulement si vous avez une bonne expérience du trekking, une bonne forme physique, que vous avez conscience de vos capacités et de vos limités et que vous disposez de toutes les informations nécessaires.

 

Choisir une agence pour un trek au Népal

 

Préparer un trek au Népal peut être fastidieux. Une agence spécialisée vous évitera de vous charger de tout un tas de formalités et pourra vous conseiller sur le meilleur voyage pour vous. Comment choisir entre une agence locale et une agence francophone ?

 

Les agences locales

 

Les agences de trek locales et les guides indépendants sont nombreux au Népal et particulièrement à Katmandou. Partir avec un guide népalais qui connaît la région et avec un groupe vous permettra d’être plus en sécurité que si vous êtes seul. Vous aurez aussi davantage d’occasions d’échanger, de partager, de découvrir et d’apprendre.

Malgré tout, le plus souvent, les agences locales proposent seulement les circuits les plus fréquentés. Bien qu’elles pratiquent des prix moins élevés que les agences francophones, vous aurez peu de chance de sortir des sentiers battus.

De plus, au Népal et comme dans d’autres pays, toutes les agences ne se valent pas ! Alors que certaines sont de très bonnes adresses reconnues, d’autres relèvent davantage de l’escroquerie. Veillez à bien la choisir pour éviter de vous retrouver dans un groupe composé de trente personnes et avec un encadrement aléatoire. Sur les sentiers, le manque de compétences d’un guide peut conduire à des catastrophes.

 

Les agences francophones

 

Les agences francophones dont Watse Trekking fait partie ont des tarifs plus élevés que les agences locales. Cependant, elles proposent pour la plupart (pas toutes) des itinéraires plus longs et plus originaux que les circuits touristiques. Elles prennent en charge la majorité des formalités adminsitratives qui peuvent être fastidieuse : billets d’avion, visas, permis de trek, réservation d’hébergement, etc).

Afin de mélanger sécurité, partage, échanges, découverte et authenticité, nous pratiquons systématiquement le double accompagnement par un guide francophone et un guide local. Alors que le premier se charge de toute la planification, de l’organisation en plus de l’accompagnement, le second vous permet de découvrir la région que vous arpentez à travers son expérience et ses connaissances.

Nos itinéraires sont pour certains exclusifs et entièrement créés en coopération avec des guides experts de la région. De plus, nous sélectionnons tous les prestataires extérieurs (transport, lodges, porteurs) afin de vous offrir une expérience unique et de favoriser l’emploi local dans de bonnes conditions.

 

préparer un trek au népal avec une agence

Porteurs sur les sentiers de la Haute Route du Langtang

 

Informations pratiques

 

Les formalités administratives pour préparer un trek au Népal

 

Pour préparer un trek au Népal, pensez à remplir toutes les formalités administratives nécessaires :

  • Passeport : il doit être à jour et ne pas être périmé 6 mois après le retour;
  • Visa : vous pouvez l’obtenir en ligne ou à l’aéroport de Katmandou. Comptez 30 € pour 15 jours ou 50 € pour 30 jours;
  • Permis de trek : en fonction de la région que vous souhaitez visiter, il vous faudra certainement un permis de trek dont le coût peut varier;
  • Assurance voyage : nous vous conseillons très vivement de souscrire à une assurance voyage adaptée à un trek au Népal. Si vous réservez l’un de nos treks au Népal, vous pourrez souscrire à l’un des contrats de notre partenaire April International Voyages, conçus spécialement pour ce type de séjour;

> Plus d’informations sur le site du Routard

 

Santé

 

Au Népal, il n’y a pas de vaccin obligatoire.

Toutefois beaucoup de zones que vous traverserez durant votre voyage n’ont pas accès à l’eau ni à l’électricité. Pensez donc à vous constituer une pharmacie contenant ce qui pourrait être nécessaire. Pour cela, prenez rendez-vous avec votre médecin ou demandez conseil à un pharmacien.

Enfin, bien qu’il n’y ait pas de vaccin obligatoire, certains sont vivement conseillés :

  • vaccins DTCP et hépatite B
  • vaccin hépatite A et typhoïde ;
  • pendant la mousson : encéphalite japonaise ;
  • pour une longue période ou dans le camp de nuits en campements : méningite et rage ;
  • pour les régions les plus reculées du Téraï népalais : traitement antipaludique.

 

Argent

 

Au Népal, 1€ = 110 roupies. Avant le départ, veillez à avoir suffisamment d’argent pour payer les logements et la nourriture durant votre trek car il n’y aura pas de bureau de change sur le chemin !

 

Avion et transport

 

Le voyage direct en avion de Paris à Katmandou prend 12h. Essayez de réserver vos billets en avance pour éviter de le payer au prix fort, même si les prix sont plus hauts en forte saison. Pour cela, les comparateurs de vols peuvent vous être très utiles.

Sur place, ayez toujours du liquide sur vous pour payer les transports (accès au point de départ de votre trek, transferts, etc).

 

Location d’équipement

 

Si vous n’avez pas tout le matériel nécessaire pour un trek, au Népal vous pourrez en louer. Cependant, tentes, sacs de couchages et matériel de camping y sont cependant rarement de première jeunesse.

Argent (change, pas de bureau durant le trek)

 

Décalage horaire France – Népal

 

Le décalage horaire entre la France et le Népal est de +4h45 en été et de 5h45 en hiver.


Nous espérons que cet article vous permettra de préparer votre trek au Népal dans les meilleures conditions ! Si vous avez une question ou que vous souhaitez partager un conseil avec nous, n’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire