Faire l’ascension du Mont Blanc est un objectif, un rêve pour de très nombreux amoureux de montagne et de sports de plein air. Chaque année, ce sont des milliers d’alpinistes, débutants ou confirmés, qui effectuent ce pèlerinage si particulier jusqu’au sommet le plus haut de l’Europe de l’Ouest.

Atteindre le sommet du Mont Blanc (culminant à 4809 m) est un défi tout autant qu’une source d’émotions intenses. Imaginez : après 2 jours d’ascension, lorsque le soleil se lève sur le monde, vous atteignez l’un de ses toits, dans un instant grandiose et intemporel ! L’ascension du Mont Blanc laisse des souvenirs impérissables à tou(te)s celles et ceux qui parviennent à la réaliser.

Est-ce qu’une telle entreprise est faisable sans guide ?

Oui, il est possible de gravir le Mont Blanc par ses propres moyens. Si vous êtes déjà pratiquant d’alpinisme et que vous avez plusieurs courses à votre actif, c’est une option envisageable.

Mais si vous vous n’avez pas (ou peu) fait d’alpinisme, vous devez partir avec un guide de haut haute-montagne. L’ascension du Mont Blanc par la Voie Royale (la plus classique) n’est pas simplement une longue randonnée en altitude. C’est une longue course d’alpinisme qui présente des difficultés certaines : passages très exposés, chutes de pierre, altitude, froid, vent …

Si vous n’êtes pas rôdé(e) aux techniques d’alpinisme et aux difficultés que vous pourriez rencontrer, en cas de mauvais temps par exemple, il est très dangereux de tenter l’ascension du Mont Blanc sans guide.

Dans cet article, nous vous proposons de découvrir comment faire l’ascension du Mont Blanc avec un guide par la Voie Royale. Matériel, conditions, programme … suivez le guide ! 🙂

 

Pourquoi réaliser l’ascension du Mont Blanc avec un guide ?

 

Comme dit plus haut, il est très dangereux d’entreprendre une première ascension du Mont Blanc sans guide. Des accidents dramatiques ont régulièrement lieu.

Partir avec un guide de haut montagne diplômé d’État et/ou en passant par une agence de voyage en montagne, c’est l’assurance d’être accompagné(e) et sécurisé(e) par un professionnel qui sait évaluer vos capacités, les conditions et la possibilité (ou l’impossibilité) d’atteindre le sommet.

Pour une sécurité maximale, un guide accompagne au maximum deux personnes.

Sans guides, 33% seulement des alpinistes atteignent le sommet. Les autres doivent rebrousser chemin à cause de l’épuisement physique, la panique liée au vertige, un départ du refuge dans de mauvaises conditions climatiques, un accident ou le mal aigu des montagnes.

Les guides connaissent l’itinéraire par cœur et vous guident dans les passages techniques tels que les crêtes ou le Grand Couloir, un passage exposé dans lequel des chutes de pierre ont lieu. Alors qu’avec un guide qui vous explique comment évoluer, cela semble enfantin, vous pourriez être dans l’incapacité de passer si vous étiez seul(e).

Il dicte le rythme de l’ascension et assure votre sécurité pour vous permettre d’atteindre le sommet.

D’un point de vue logistique, le guide assure la réservation des refuges et la vérification du matériel avant le départ.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, partez avec un guide et réalisez des courses d’adaptation pour vous acclimater, vous préparer physiquement et faire évoluer le niveau de difficulté progressivement. C’est ce que Watse Trekking vous propose dans le Stage Mont Blanc de 7 Jours, pour mettre toutes les chances de succès de votre côté !

 

Guide Mont Blanc

Arrivée au refuge du Goûter

 

Quel matériel faut-il ?

 

L’ascension du Mont Blanc par la voie royale débute à la gare du Nid d’Aigle, terminus du tramway du Mont-Blanc, à 2380 m. À cette altitude déjà élevée, il faut encore monter de plus de 2400 mètres pour atteindre le sommet. Il faut donc des vêtements adaptés aux conditions et aux températures que vous allez rencontrer :

  • Pantalon d’alpinisme
  • Collant ou bas
  • Chaussettes chaudes
  • Gants épais
  • T-shirt à manches longues
  • Polaire ou micro-polaire
  • Doudoune
  • Veste Gore-Tex
  • Bonnet
  • Tour de cou
  • Sac d’une contenance de 40 litres

Par beau temps, la température au sommet dépasse rarement les 0°C au sommet et c’est sans compter avec le vent ! Dans ce cas-là, le ressenti est de l’ordre de -10°C à -20°C, avec de bonnes conditions. Vous devez donc être couverts, même si vous faites l’ascension du Mont Blanc en juillet.

En plus de ces vêtements qui sont finalement ceux d’une randonnée hivernale, vous aurez besoin de matériel d’alpinisme. Très rapidement, vous évoluerez sur des glaciers, ce qui nécessite un équipement spécifique et notamment :

  • Des crampons
  • Un piolet
  • Un baudrier
  • Une corde d’alpinisme (généralement fournie par le guide)
  • Des lunettes de soleil (type 4)
  • Un masque de ski
  • Un stick à lèvres et de la crème solaire haute protection.

Ce matériel technique est généralement prêté par le guide et il est facile d’en louer. Qu’il s’agisse du vôtre ou d’une location, le guide le vérifiera systématiquement avant le départ.

Pour plus de détails sur le matériel nécessaire, téléchargez notre fiche technique pour l’ascension du Mont Blanc.

 

montée mont blanc entre refuge tête rousse et refuge gouter

Entre le refuge de Tête Rousse et le refuge du Goûter

 

Quand faire l’ascension du Mont Blanc par la Voie Royale ?

 

Théoriquement, il est possible de faire l’ascension du Mont Blanc par la voie classique à de nombreuses périodes de l’année. Certains alpinistes confirmés la réalisent en hivernal.

Cependant, pour une première ascension, il faut que les conditions soient optimales pour votre sécurité… et vous permettre d’en profiter au maximum !

La période recommandée pour faire l’ascension du Mont Blanc par la voie normale va de mi-juin à début septembre. Durant cette période, le massif présente un ensoleillement et des conditions idéales. En-dehors de cette période, il est dangereux de tenter l’ascension.

 

Les refuges sur la voie classique

 

Deux refuges sont présents sur l’itinéraire : le refuge de Tête Rousse (3167 m) et le refuge du Goûter (3817 m) dont le nouveau bâtiment a été inauguré en 2013.

En été, le premier a une capacité de 74 places et le second peut accueillir 120 personnes. Ils sont complets peu de temps après l’ouverture des réservations alors ne vous y prenez pas au dernier moment.

En passant par un guide, vous n’aurez normalement pas de problème car les réservations pour les professionnels ouvrent plusieurs semaines avant celles pour les particuliers.

Les deux refuges du Mont Blanc offrent tout le nécessaire aux alpinistes : petits déjeuners, collations, repas du soir, sanitaires et dortoirs avec couvertures. L’ambiance y est unique, la concentration et l’impatience qui règnent avant les départs sont saisissantes !

 

refuge du gouter mont blanc

Le refuge du Goûter (3817 m)

 

NB : en raison de l’épidémie de coronavirus, vous devez :

 

Faire l’ascension du Mont Blanc par la Voie Normale en 3 Jours

 

Réaliser l’ascension du Mont Blanc par la voie royale est possible en deux jours. Cependant, cela ne laisse pas de place à l’erreur et les conditions doivent être optimales lors des deux journées.

L’effectuer sur trois jours vous offre la possibilité d’adopter un rythme plus tranquille et de garder une option si la météo est mauvaise sur l’une des journées.

Le premier jour, vous partez de la gare du Nid d’Aigle en début d’après-midi (2380 m) et vous montez jusqu’au refuge de Tête Rousse (3167 m) pour y passer la nuit. Cela vous permet de vous acclimater correctement à l’altitude.

Le deuxième jour, si la météo le permet, vous partez tôt le matin pour grimper dans un premier temps jusqu’au refuge du Goûter (3817 m). C’est entre les deux refuges que se concentrent la majeure partie des difficultés techniques de l’ascension avec notamment la traversée du Grand Couloir qu’il faut passer le plus tôt possible, lorsque les températures n’ont pas encore grimpé, pour éviter les chutes de pierre.

Au refuge du Goûter, vous laissez tout ce qui n’est pas essentiel pour l’ascension finale. Vous partez alors en direction du sommet par le dôme du Goûter puis l’Arête des Bosses, en passant par l’abri Vallot (4362 m).

La pente est soutenue, se fait de plus en plus raide, l’ambiance devient lunaire, spatiale. C’est comme si le monde naissait devant vos yeux. Enfin, après 3 ou 4 heures de montée, vous atteignez le sommet du Mont Blanc, toit de l’Europe occidentale, pour un moment d’émotions inoubliables !

Vous redescendez ensuite jusqu’au refuge du Goûter pour y passer la soirée et la nuit.

Le troisième jour, vous redescendez jusqu’à la gare du Nid d’Aigle et prendre le tramway pour revenir dans le monde des hommes.

Si la météo ne permet pas l’ascension lors du deuxième jour, vous effectuerez simplement la montée jusqu’au refuge du Goûter pour atteindre le sommet au matin du troisième jour, avec un départ à 3 heures du matin. Cela vous offre la chance d’admirer le lever de soleil en arrivant au sommet, dans une ambiance grandiose !

 

Mont-Blanc

 

Le stage Mont Blanc de 7 jours avec Watse Trekking

 

Nos guides ont imaginé un séjour de 7 jours pour vous permettre de découvrir l’alpinisme de manière progressive dans un cadre majestueux à travers des courses de plus en plus techniques dans le massif du Mont-Blanc.

Le refuge Albert 1er, l’Aiguille du Tour ou l’Arête des Cosmiques sont au programme de cet “entraînement” pour atteindre votre objectif : le sommet du Mont Blanc !

Découvrez-en plus sur ce séjour et tous nos séjours alpinisme avec guide ici.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire